Mieux vaut prévenir que guérir!

Plus nous « cocoonons » nos chiens et chats et plus nous les rendons vulnérables aux baisses importantes des températures, comme c’est le cas cet hiver, et même les plus rustiques d’entre eux ne peuvent affronter les grands froids sans précautions.

Soyez d’autant plus vigilants si votre Youki est vieux, s’il a des difficultés respiratoires et un petit appétit parce qu’il faut un métabolisme robuste et de bonnes réserves pour résister, produire un poil d’hiver bien épais et un être peu plus gras qu’en été…

D’autre part, privilégiez les heures les plus « douces » de la journée pour laisser votre animal se dégourdir. Exposez-le le moins possible au vent et surtout séchez et rentrez-le s’il est mouillé. Si votre compagnon a froid, vous le verrez car il se mettra à trembler : tout comme chez nous, le tremblement active les cellules et provoque un réchauffement du corps, mais il n’apporte pas pour autant de solution contre le froid à long terme, on est bien d’accord !!! En cas de gel, assurez-vous que la gamelle d’eau extérieure ne soit pas transformée en glaçon et n’hésitez pas à la remplir d’eau un peu tiède, qui tiendra plus longtemps. Aussi, protégez ses coussinets avec des pommades vétérinaires ou tout simplement de la vaseline, de manière à ce que le gel, la neige et le sel ne s ‘accrochent pas à ses pattes, créant des vraies crevasses douloureuses et très longues à cicatriser.

Si vous n’avez pas peur du ridicule, optez pour une jolie tenue de sport d’hiver, avec kit de rechange pour n’être jamais mouillé, ou recyclez un bon vieux sweat troué, trop stylé !

Rappelons que l’article L.214-1 du code rural, stipule, dans la liste des Obligations de soins appropriés, que « est puni de la peine d’amende prévue pour les contraventions de la 4ème classe, le fait pour toute personne qui élève, garde ou détient des animaux domestiques, de les placer et les maintenir dans un habitat ou un environnement, susceptible d’être, en raison de son exiguïté, de sa situation inappropriée aux conditions climatiques supportables par l’espèce considérée, ou de l’inadaptation des matériels, installations ou agencements utilisés, un cause de souffrance, de blessures ou d’accidents. »

Plus clairement , quand il se trouve à l’extérieur, l’animal doit être en mesure de s’abriter, du vent, du froid et de la pluie, avoir un abri couvert mais aussi un isolant au sol, de la nourriture et de l’eau en conséquence…

16174637_1878382709062775_1377251960962295621_n_qwi6u9
Tezzig
16142437_1878382712396108_6664043201106523333_n_1_czedv1
Mouchette
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s